2.13 Le tram “redivivus”…

Le parcours législatif du projet “Tram” et son développement.

…”redivivus”! J’étais en effet décidé à ne plus revenir sur le “tram”, projet que, malgré son approbation générale, je continue d’observer avec appréhension. On saura davantage des mérites ou des défauts de ce projet lorsque son implantation aura atteint la Gare centrale et lorsque tous les véhicules, sauf le tram, se rendront de la Gare à la vieille ville, empruntant le viaduc, notre “Aal Bréck” ou “Passerelle”, le pont Adolphe leur étant dorénavant interdit.

Depuis les débuts du projet, j’ai observé avec un étonnement mêlé d’admiration l’habilité avec laquelle il a été mené sur le plan législatif. Au risque de me tromper, je crois qu’il y avait déjà un début d’exécution du projet avant qu’un premier vote des députés  n’en autorise l’exécution d’un premier tronçon. Ce vote, presqu’unanime,  engagea presqu’irrémédiablement l’Etat à en exécuter l’ensemble, du moins du Kirchberg à la Gare centrale. Malgré cela, le projet partiel fut approuvé sans que le coût total du projet fut connu.

En plus, l’élargissement du “pont rouge”, déjà en cours d’exécution, n’avait apparemment rien à voir avec le tram. Même chose pour  l’élargissement du pont Adolphe et personne  ne mentionna l’élargissement, devenu inévitable, du viaduc.

En attendant de connaître l’ensemble de ces conséquences, le projet s’est depuis lors étendu de la Gare centrale au nouveau stade de football à la Cloche d’or, impliquant l’élargissement du pont Büchler”, “l’Eisebunnsbreck”, dont personne n’avait parlé  auparavant.

En attendant aussi que tout cela soit réglé sur le plan législatif, l’opinion publique est progressivement préparée à ce que le tram continue vers Esch, au sud, et vers Strassen à l’ouest et peut être plus loin encore. On attend que le nord et l’est du pays soient à leur tour desservis.

Les cheminots devraient être jaloux, mais tout le monde en profitera, gratuitement!

J’avais cru, naïvement, qu’avant de se lancer ainsi en avant, on attende de connaître le résultat de la mise en route du tram à travers le centre-ville et le quartier de la gare. Que nenni!

Décidément, le Luxembourg est un pays de cocagne.

En écrivant ces lignes, je ne peux qu’espérer de me tromper du tout au tout. Je l’espère en tout cas sincèrement. Si j’avais raison, ne fusse que partiellement, ce serait en effet navrant.

Et pour finir sur une note agréable: aujourd’hui, 5 février 2019, sous un ciel bleu et un soleil radieux, sur un tapis de neige couvrant la campagne, en une stridente cacophonie de croassements, une bonne centaine d’oies ou de grues sauvages a survolé le pays en direction du nord.

J.H., le 5.2.2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.