5.08 Aveu d’ignorance

Délaissant les sujets pouvant nous intéresser dans notre vie quotidienne et sur lesquels nous avons une influence et une responsabilité, ne fussent-elles que minimes ou indirectes, voici un retour à des questions plus ésotériques mais fondamentales abordées dans ce blog.

L’article 5.06 contient un résumé de ce que pense un professeur britannique de l’origine de la vie sur terre et de sa conviction qu’il n’y en a pas d’autre dans notre galaxie. Les articles 5.04 et 5.05 contiennent un bref résumé de ce qu’on peut lire dans la littérature de vulgarisation scientifique au sujet de l’origine et du développement de l’Univers et des conclusions que l’on peut en tirer. Il a été omis, en rédigeant ces trois articles, d’y faire référence à deux hommes dont les travaux sont à la base de notre compréhension de l’origine et du développement de l’Univers et de leurs réponses aux interrogations fondamentales telles que « Par qui et comment a été créé l’univers ?» ou encore » Y a-t-il une vie après la mort ?».

Voici l’essai de réparer cette omission tout en la commentant brièvement.

Les deux hommes en question sont, bien sûr, d’une part d’Albert Einstein auquel on doit les théories de la relativité et de l’équivalence entre la matière et l‘énergie et de l’autre de Stephen Hawking, qui a développé et élargi la théorie du Big Bang, donc de l’origine de l’Univers, initialement avancée, parmi d’autres et pendant l’entre-guerre, par le chanoine belge Georges Lemaître.

Comme tout le monde j’ai accepté ces théories sans en comprendre les fondements. Mais il est intéressant de savoir ce qu’en ont dit ces deux hommes face à la redoutable question de savoir comment et par qui ou par quoi fut créé l’Univers.

Albert Einstein (1879-1955), vivant dans une Amérique profondément religieuse, semble s’être abstenu, d’une façon générale, à aborder la question des croyances religieuses. Juif, et fier de l’être, il n’a cependant pas hésité à rejeter la notion de Dieu sans cependant entrer, pour autant que je le sache, dans une argumentation détaillée. Stephen Hawking (1942-2018), vivant en Angleterre presque deux générations plus tard, n’a pas eu cette retenue.

À la question « Dieu existe-t-il ? » il a répondu, entre autres : « je ne suis pas un chrétien » et « beaucoup, qui ne comprennent pas la science et n’ont guère confiance en elle, s’en remettent toujours aux rassurantes explications religieuses. ». Et puis : « …il n’y a probablement ni paradis ni vie éternelle ».

Et voici son explication lapidaire à une autre question fondamentale, celle relative à l’origine de l’Univers : « je pense que l’Univers s’est créé spontanément à partir de rien, en obéissant aux lois de la nature ».

Selon Hawking, le Big Bang consista à l’apparition « ex nihilo » de deux énormes énergies, l’une « positive » et l’autre « négative », se transformant partiellement en matière, chacune créant son espace et son temps. Nous ignorons auquel de ces deux Univers nous appartenons. Nous ignorons aussi s’il y a eu ou s’il y aura « un jour » une interaction entre les deux. Il n’y aurait donc pas eu de « création » proprement dite, les deux Univers s’annulant mutuellement. Il n’y aurait pas non plus « d’avant le Big Bang », le « temps » n’ayant fait son apparution qu’avec lui.

Pour Hawking*), point besoin donc d’un Dieu créateur, le Big Bang étant une simple conséquence des lois de la nature, explication qui laisse évidemment ouverte la question de la provenance de ces lois.

On se demande aussi si la « singularité » à laquelle nous devons notre existence fut unique, ou s’il y en a eu d’autres, chacune créant ses propres Univers. Si les lois de la nature on conduit à la création du nôtre, il serait en effet curieux que tel n’ait pas été les cas pour d’autres, qu’il s’en crée tout le « temps », qu’il existe un « Plurivers ».

On n’en saura jamais rien, spéculation donc parfaitement oisive!

Récemment on s’est aperçu que l’expansion de notre Univers s’accélère, en dépit du fait que la force de gravitation maintient la cohérence de notre galaxie et de celles qui l’entourent. Il doit donc exister d’autres forces, à d’autres échelles cosmiques. Ce qui fait penser au fait que l’existence de 95% de la matière et de l’énergie de l’Univers ne nous sont connues que par leurs effets sur l’Univers visible.

Conclusion: l’Homme se trouve devant des énigmes qui le dépassent et auxquelles il n’aura jamais d’explication définitive:

« Hier steh ich nun, ich armer Tor, und bin so klug als wie zuvor.“

ou encore:

„Il est grand, le mystère de la Foi.“

JH, en septembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.