Archives pour la catégorie Allgemein

Une interview révélatrice

Dans le Lëtzebuerger Land du 22 décembre 2017 a paru la deuxième partie d’une interview d’Henri Wehenkel dans laquelle l’historien commente, entre autres, ses recherches sur le comportement des Luxembourgeois sous l’occupation allemande. Y sont évoqués des sujets aujourd’hui controversés tels la résistance et la collaboration. Leur appréciation par la plupart des historiens luxembourgeois d’aujourd’hui m’a souvent parue mal tenir compte de la situation dans laquelle se trouvaient alors les Luxembourgeois. Les propos d’Henri Wehenkel me paraissent  apporter un éclairage nouveau à cette perception, d’où la présente.

L’interview donnée par Henri Wehenkel m’a ainsi mené à revisiter la controverse entre ceux qui ont vécu les évènements d’alors, qu’ils aient été historiens ou simples témoins, d’une part, celle des historiens d’aujourd’hui de l’autre.

Voici donc, en résumé, une sélection des dires ou questions du journaliste ayant conduit l’interview (L.L.) et les réponses de Henri Wehenkel (H.W.), ces extraits étant résumés et non pas textuels. Lire la suite

Jérusalem

Monsieur Trump  reconnaît donc Jérusalem comme capitale d’Israël tout en souhaitant une solution au conflit palestinien par la coexistance de deux Etats avec des frontières mutuellement acceptées.

Pas besoin de revenir ici sur les évènements qui ont mené à la situation actuelle au Proche Orient et moins encore d’en juger. Mais une négociation pouvant amener Palestiniens et Israëliens à se mettre d’accord sur une solution de paix implique des concessions de part et d’autre. Une concession capitale aurait été l’acceptation, par les Palestiniens, de Jérusalem-Ouest comme capitale d’Israël. Cela en contrepartie de concessions importantes d’Israel, territoriales évidemment, et un autre statut pour Jérusalem-Est.  Le respect des lieux de culte, sous surveillance internationale, devrait bien sûr rester garanti.

La reconnaissance de Jérusalem par les Etats-Unis  comme capitale d’Israël, sans aucune contrepartie d’Israël, rend maintenant la perspective d’une paix négociée au Proche Orient encore plus difficile, pour ne pas dire impossible.

Et tout cela pour des raisons de politique intérieure américaine, pour plaire aux milieux évangéliques extrêmes et attirer le vote d’un l’électorat influent votant traditionnellement démocrate.

JH., le 6 décembre 2017