6.7 Les élections allemandes

Les Verts et les Libéraux doivent donc décider, ensemble, s’ils s’uniront avec la SPD ou avec la CDU/CSU pour former le nouveau Gouvernement allemand. On doit espérer qu’ils le feront avec la SPD et que cela fasse assez rapidement.

Le principal obstacle à cela me paraît être Monsieur Lindner, le chef de la FDP. Je crains qu’il mette la barre vis-à-vis des Verts trop haut, menant à de longs mois d’incertitude politique en Allemagne. La pierre d’achoppement sera probablement l’attachement quasi religieux des Libéraux à une augmentation de la dette publique allemande, par rapport à son PIB s’entend.

Opposition mal fondée. Pourquoi ?

Or qui détient une partie importante de la dette publique allemande ? C’est la Banque Centrale Européenne. Qui sont les actionnaires de la BCE ? Ce sont ses États membres dont l’Allemagne est le plus important. Comme certains États ont un endettement modeste par rapport à leur PIB, tel l’Allemagne, ceux-ci doivent se trouver ainsi dans le rôle de créanciers nets !

Il y a donc de la marge pour une croissance modérée de la dette publique allemande, baissant peut être les impôts (idée chérie des Libéraux)  permettant davantage d’investissements, notamment dans les infrastructures publiques, qui en ont grand besoin.

Qu’on cesse de ne parler que de « dettes » : là ou il y a une dette il y a une créance !

Globalement dettes et créances s’équilibrent. Les humains ne peuvent, globalement, se prêter et s’endetter que mutuellement ! Il n’y a pas d’accès à un endettement ou à des prêts extra-terrestres !

Qu’on le dise à M. Lindner !

01.10.2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.