4.05 Les gilets jaunes

 À propos des émeutes provoquées en France par les gilets jaunes: ont-ils, moralement, le droit de se révolter violemment?

Prémonition

Pour quelqu’un vivant à Luxembourg, ce qui vient de se passer en France et qui risque de s’amplifier, est à la fois surprenant et inquiétant. Preuve probablement que l’on ne s’y rend pas compte de la frustration qu’éprouvent beaucoup de Français qui n’arrivent pas à s’extirper durablement d’une situation matérielle précaire qui dure depuis trop longtemps.

En outre et en amputant, ne fusse que très marginalement, des pension  déjà minimes, le Gouvernement français a probablement donné à ses administrés l’impression d’être insensible à la situation de beaucoup de Français.

Quoi qu’il en soit et malgré le danger de paraître insensible aux problèmes d’autrui, le soussigné voudrais partager avec ses lecteurs sa réaction aux évènements en France.

Principe proposé:

Lorsqu’un citoyen est privé de ses libertés essentielles, lorsque dans la société dans laquelle il vit les droits de l’homme ne sont pas respectés, lorsqu’il n’y a pas d’autre moyen pour échapper à la dictature et pour retrouver sa dignité, alors la révolte, même violente, est moralement justifiée.

Lorsque le citoyen vit dans une société démocratique dans laquelle les élections se déroulent d’une façon correcte, où la les élus arrêtent les lois, nomment, contrôlent et peuvent démettre le gouvernement, où la justice est indépendante, les droits de l’homme largement respectés, alors une révolte violente n’est moralement pas admissible.

Si on accepte ce principe, alors la décision des “gilets jaunes” en France d’organiser le 24 novembre des  démonstrations, me paraît, en principe, avoir été en ordre. Celle de récidiver le samedi suivant, au vu des graves incidents qui venaient de se produire, est moins évidente. Comme la première, elle aurait normalement exigé l’autorisation de défiler. Faute de disposer d’une organisation représentative du mouvement, cela n’a pas eu lieu.

Commentaire:

Lors des émeutes des samedi 24 novembre et 1er décembre, la majorité des manifestants était composée d’hommes et de femmes de tout âge, honorables, n’ayant au départ aucune velléité de commettre des violences.

Deux choses se sont alors produites.

Pouvant impunément défiler sur les Champs Élysées, malgré la défense de ce faire, se trouvant anonymes dans une foule animée par des sentiments communs, a donné à beaucoup un sentiment de liberté, d’impunité inhabituel, enivrant.

La présence de casseurs, se livrant impunément à des actes de vandalisme de plus en plus violents, a alors agi comme un catalyseur, entrainant une partie des protestataires, normalement paisibles, à se joindre aux casseurs.

Ma façon de voir ainsi les choses, de croire que d’honnêtes gens puissent se muer en casseurs, est, due à deux expériences:

À l’Université libre de Bruxelles, l’anniversaire de sa fondation était célébré, lorsque j’y étudiais, par des cortèges bruyants d’étudiants en centre ville, cortèges s’accompagnant de chars décorés de symboles grossiers, conspuant les “bourgeois” et n’épargnant pas les autorités, y inclus le Roi et sa famille. C’était du temps de la “question royale”, Léopold II se trouvant sur le trône. Ces cortèges, lorsqu’ils se disloquaient, donnèrent régulièrement lieu à des escarmouches avec les gendarmes. Le soir et la nuit suivante furent ensuite marqués de tournées de cafés et de bars parfois fort déchainées. Cela de la part d’étudiants ayant normalement un comportement  correct, probablement entrainés par des camarades moins recommandables.

Le lendemain tout rentrait dans l’ordre…

La deuxième expérience eut lieu, des années plus tard, lorsqu’un jour je me rendis en train à Paris. À Metz une foule bruyante, chaussée de baskets, portant  brassards et foulards rouges, agitant joyeusement des drapeaux rouges, entrait dans le train. On se rendait à Paris pour y défiler, manifester, braver la police, interrompre la circulation, montrer leur force et cohésion: une aventure bien venue, une journée de camaraderie en perspective.

J’appris plus tard que leur descente sur Paris avait été émaillée d’incidents.

Comment agir dans de tels cas lorsqu’on est responsable de l’ordre public? Question délicate à laquelle je ne saurais répondre.  Mais casser la baraque et rendre le Pouvoir en place responsable des difficultés que l’on a de boucler ses fins de mois, croire que si on le chasse les choses iront automatiquement mieux, rendre Macron, Président depuis  deux ans, responsable de tous ses malheurs, est faire preuve d’une naïveté désarmante.  La situation de la France est le résultat de l’action politique d’un long passé, du résultat d’élections successives. Elle l’est aussi du caractère des Français, tour à tour frondeur ou féal, et fier de l’être.

J’en prends comme preuve les grèves successives ayant comme résultat que, sous l’œil ébahi de l’étranger mais dans une ambiance de compréhension bienveillante, les Français en bloquant les routes, se gênent, s’emm… mutuellement.

Gageons que les extrêmes, que Le Pen et Mélenchon profitent de l’occasion, qu’ils essayent d’unir leur forces pour, enfin, s’approprier Matignon.

Comme le disait De Gaulle: il est difficile de gouverner un peuple ayant  250 et quelques sortes de fromages!

Jean Hamilius

le1er décembre 2018

Postscriptum n° 1

N° 1 parce que je crains qu’il y en ait d’autres.

Aujourd’hui, jour de la St Nicolas, j’ai  appris deux choses:

Venant de l’ultra droite américaine, qu’il circule depuis quelques semaines en France, via des centaines de milliers de messages facebook, la rumeur qu’il existe entre les élites dirigeantes européennes un complot secret visant à ouvrir toutes grandes les portes à l’immigration afin que les Européens rouspéteurs soient progressivement remplacés par une main d’oeuvre docile.

D’autre part et  toujours en France, qu’une majorité sympathiserait  avec les gilets jaunes, les encourageraient même, ce qui promet des manifestations de plus en plus violentes.

On plaint les agents de police, pas mieux payés que beaucoup de manifestants, qui se font conspuer et frapper dessus!

Mes réactions:

Oui, il y a de la misère en France, mais le gros des manifestants sont des Français ordinaires, nullement dans la misère même s’ils n’arrivent pas à se sortir définitivement de conditions matérielles difficiles.

Aussi compréhensible que soit leur révolte, il reste le fait que ce n’est pas leur Gouvernement qui peut puiser dans ses poches pour les satisfaire.. Leurs revendications s’adressent à l’Etat français, donc à la France et ce que l’on donne aux uns, il faut le prendre aux autres ou l’emprunter. Emprunter pour consommer!

Mais qui sont les “autres” aux poches profondes? Ce sont les riches et les grandes entreprises. mais si on faisait le calcul, on s’aperçevrait que ce que l’on peut prendre aux riches ne suffirait pas pour améliorer sensiblement et durablement la situation des autres. En attendant, en “cassant la baraque”, on risque de casser la machine à produire des valeurs et ce seront toujours les mêmes qui en souffriront avant tout

Il reste que le Gouvernement a commis des erreurs psychologiques. Je m’en rends compte un peu tardivement.  Supprimer l’impôt sur la fortune, défendable économiquement s’avère avoir été une erreur. Poursuivre de petites réformes (80 km/h au lieu de 90 km/h), a inutilement offusqué, envenimé le climat. Diminuer, ne fusse que de quelques Euros, de petites pensions, reste incompréhensible. Il aurait probablement mieux valu se concentrer sur les grands problèmes et de ne pas essayer de tout chambouler

Le 6 décembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.